Maryse

Journal De Bord

Journal de bord de la «mère de famille»,!

Nous sommes aux iles Canaries depuis le 9 janvier 2010. Tous les 5 avons du plaisir à être ici. Cela se manifeste différemment pour chacun, J'y reviens dans mon journal. Bonne lecture!


28 mai. Hoy, nuestro ultimo dia...

Aujourd'hui, notre dernier jour... Le dernier jour d'école, le dernier jour de garderie, le dernier jour de travail au Café Quatro Rosas (que j'aime tellement!). Notre dernier jour en "société" en quelque sorte. Demain, nous faisons une fête chez Julie et dimanche nous faisons nos bagages et le ménage de l'appartement. Lundi, dès 10 h. nous serons dans l'avion en route vers Paris. C'est également ce matin que j'ai vu partir mes deux marmots habillés en Canariens d'une autre époque. Dimanche, c'est le Canaria Dia (Fête nationale). Les écoles et la garderie célèbrent aujourd'hui. Tout le monde s'habillent en costumes d'époque pour honorer les anciens. C,est très mignon et coloré. Les gens participent beaucoup. Les enfants de l'école vont nous présenter des danses et des chants. J'ai bien hâte de voir cela.

27 mai. Elle parle!

Marie-Sophie m'a fait une belle surprise hier, elle a parlé espagnol devant moi à deux reprises. Je savais qu'elle comprenait bien, (même très bien!), mais elle ne parlait jamais... en notre présence de moins. Ce matin justement, je croise Julie devant l'école et elle me dit : "Tu sais pas quoi, hier, j'ai entendu parler Marie-Sophie avec Robert (petit de 2 ans), elle parle bien! C'est surprenant, je te dis, je ne l'avais jamais entendue, elle est bonne!" Coincidence du jour, c'est en allant chercher Marie-Sophie à l'école l'après-midi, que je l'ai entendu interpeller son enseignante devant moi pour lui rappeler que c'était demain son dernier jour de classe. C'était touchant. Après, je lui ai dit ce que Julie m'avait dit d'elle ce matin. Elle était fière, c'était évident! Ensuite, nous sommes allées à l'épicerie et elle a insisté pour demander elle-même à une commis où était le sucre que nous ne trouvions pas. Oui, oui, elle s'est adressé à une inconnue en une autre langue. Je parle bien ma Marie-Sophie, ma fille. Elle qui n'aurait pas fait cela avant... même pas en français!!!

26 mai. Bientôt le départ...

Bientôt le départ! On n'en revient pas comme le dernier mois a passé vite! Absorbés ici et là dans nos activités à la fois quotidiennes et encore inhabituelles puisque nous vivons "ailleurs". Dans un ailleurs qui se fait à nos yeux de plus en plus hospitalier, que nous nous approprions de plus en plus. Étrangement, cette semaine, les irritants sont plus forts que jamais. Plein de contradictions m'animent il me semble, contradictions qui sont magnifiées par la peur que les choses et les gens d'ici me manquent cruellement une fois repartie dans notre Amérique. Samedi dernier nous avons eu une autre dégustation de vins chez Julie avec José et Alicia. Le temps était parfait, nous étions tous dehors toute la journée, c'était vraiment un moment mémorable. Aujourd'hui, on dîne encore tout le monde ensemble, José fait une paella sur le nouveau BBQ au bois de Jeff. Samedi aussi on se revoit tous. Ca ressemble étrangement à un sprint final de célébrations...

17 mai. On s'ennuie...

Sur notre frigo, s'affiche maintenant un joli calendrier de l'Avant... de l'Avant notre retour! On a commencé à compter les dodos. Les enfants parlent du départ à tous les jours. Décidément, cette expérience travaille une foule de choses chez eux, et en ce moment c'est la patience qui travaille fort! Plus que 29 dodos...

12 mai. Bajamar, Tenerife

Nous avons commencé à faire de la prospection à propos de notre prochain lieu de résidence lors de notre retour prévu dans 2 ans. Nous aimerions que les enfants soient à la même école que leurs cousines et nous souhaiterions vivre pas trop loin de l'école bien sûr. Évidemment, le coin de résidence de jeff et Julie est plutôt agricole et pas du tout touristique. Donc la possibilité est faible d'avoir des maisons à louer et qui plus est pour une courte période. Nous avons donc ratissé les villages vers la côte, à 10, 15, voire 20 minutes de route de l'école. Pour finalement aboutir directement sur le bord de la mer à Bajamar à 25 minutes de l'école. C'est un endroit qui pourrait être très touristique, mais qui, curieusement, ne semble pas avoir été beaucoup développé en ce sens. Il y a une foule d'appartements sur la mer à louer à des prix très raisonnables. Je vous invite à mettre Bajamar Tenerife dans Google et voir de quoi cela à l'air et si ce lieu de résidence vaudrait la route de 25 minutes en lacet 2 fois par jour. Vous me donnerez votre avis, nous avons 2 ans pour y réfléchir...

10 mai. Madrid

Martin et moi sommes allés à Madrid en fin de semaine dernière. Une super belle fin de semaine d'amoureux. Madrid est une ville d'ambiance. Un peu comme Montréal. C'est à dire qu'on aime pour la vie qui y règne et non l'architecture imposante ou les monuments attractifs. On a marché beaucoup pour découvrir la ville. Les grandes villes sont toujours fascinantes à arpenter ne serait-ce que pour la faune humaine qu'on y trouve. On a passé du temps à se gâter dans les bars à tapas, cafés et petits restau, en profitant parfois des terrasses. Le temps était entre la pluie et le soleil. On a découvert qu'à chaque dimanche, Madrid propose un marché incroyablement grand, des km 2 de rues envahies par des marchants de tout acabit et des acheteurs curieux. Même à Bangkok, je ne me souviens pas que le célèbre marché ne me soit paru si grand. Enfin, parfois c'est une question de perception et puis à Madrid c'est un marché de fin de semaine, ambulant. C'est cela aussi qui me paraissait invraisemblable : que tout cela se mobilise pour quelques heures seulement car le lendemain on n'y verrait plus rien. De retour ce matin sur Lalaguna, le vol s'est bien déroulé. Plusieurs vols sont interrompus ou retardés à cause des poussières du volcan, nous avons été chanceux, l'aspirateur atmosphérique avait bien balayé notre trajet!

5 mai. Vacances svp!

Ce matin, durant le déjeuner, les deux enfants pleuraient, une s'était fait rouler la veille en échangeant quelque chose qu'elle regrettait ; l'autre avait une piqûre d'insecte qui n'arrivait pas à se faire oublier. Rien de grave certes. Mais il y a des matins comme ça, où tous les parents en coeur auraient le goût de hurler VACANCES! SVP Trêve de ce rythme infernal qui nous rend fous!!! Ça arrive souvent en mai ainsi, comme maintenant, quand les enfants vont plus tard au lit et manquent de sommeil un peu et que le poids de l'année scolaire se fait sentir. Cette année est plus exigeante que d'habitude pour nous tous, il faut bien le dire. L'adaptation constante nous rentre dans le corps, nous sommes tous plus fatigués, plus irritables. Sauf Elsa qui se la coule bien douce dans sa sabbatique. Cet après-midi justement, le trop grand fossé entre son rythme à elle et le nôtre m'a fait "petter ma coche". Après une scène de colère toute marysouillène, je m'en voulais à mort et j'ai appelé à l'aide de mes amis, Sophie et Bruno. Je voulais un point de vue extérieur. Je voulais raconter pour comprendre, me comprendre. Même si on ne s'écrit pas souvent, mes amis et moi, cela a été super réconfortant, d'avoir leurs deux réponses ultra rapides. Comme quoi, comme le disait So, on ne s'écrit pas, mais on est pas loin en cas de besoin. Merci mille fois à vous deux!

4 mai Déjà le mois de mai...

Première entrée du mois de mai et déjà le 4! Olala!! je vous délaisse mes lecteurs et lectrices. Vous me pardonnez j'espère ?

Déjà le mois de mai. Ce mois qui nous verra quitter cette île des Tropiques. Nous quittons le 31 mai. Je ne me sens pas triste d'arriver à la fin, ni trop enthousiaste. Un doux mélange, je dirais. Je suis contente de retrouver le continent américain (le 15 juin) et en même temps un peu triste de savoir que nous quittons ici des gens desquels j'aime être entourés, de plus en plus de dirais.

Dimanche, dernier nous avons été invités grâce à Jeff et Julie chez des amis à eux que nous avions rencontrés une fois, Alexjandro et Marie-Belle. Nous avons été reçu avec une gigantesque paëlla cuisinée par Marie-Belle. Ce plat est traditionnellement cuisiné par les hommes. En fait, les femmes coupent les viandes et les légumes dans la cuisine et les hommes cuisent le plat dehors. Exactement comme pour le BBQ dans bien des familles chez nous! La cuisson de la paëlla est assez complexe et requiert une certaine expérience j'en conviens. J'ai remarqué par ailleurs que les hommes s'accordent beaucoup d'importance parce que c'est eux qui sont "capables" de confectionner ce plat qui, en passant, n'est préparé que pour les jours de fêtes (donc devant public!). Pour en revenir à la paëlla de dimanche dernier. Dans leur famille, Alexjandro ne cuisine pas, c'est donc Marie-Belle qui fait la paëlla chez-eux. Et tous les machos de ce pays peuvent aller se rhabiller car celle de Marie-Belle est la meilleure que j'ai pu goûter! C'était une véritable cadeau, elle avait mis du canard confit, des escargots, des artichauts... époustouflant! Vraiment décoiffant comme mets. Merci Marie-Belle!